Des livres, des films, des émissions, des musiques, de l'art, des BD, des mangas pour apprendre et comprendre le monde

Du nouveau pour 2009 : Lire-écouter-voir devient Samarra !

Après un an de bons et loyaux services, Lire-écouter-voir fait peau neuve. Nous allons désormais continuer ce qui a été entrepris sur un blog partenaire du site Mondomix consacré à toutes les musiques du monde.

Ce nouveau blog s'appelle Samarra et a démarré depuis quelques jours. Nous allons continuer à y publier des articles sur les sujets et les supports (BD, manga, musique, films, livres, peinture,...) qui ont fait le quotidien de Lire-écouter-voir en 2008.

Rendez-vous tout de suite sur Samarra !

jeudi 13 mars 2008

la seconde guerre mondiale en chansons 4.

Ce dernier volet consacré à "la seconde guerre mondiale en chansons" est en fait dû à Richard Tribouilloy. Je ne fais ici que reprendre les informations qu'il m'a communiqué. Merci encore à lui.



Le groupe Trust.


* Trust: "Darquier".


Le groupe Trust revient au début des années 80 (la chanson n'est
sortie que sur un album live intitulé « Répression » en 85) sur le cas de
Darquier de Pellepoix, antisémite forcené chef du commissariat aux question
juives pendant la guerre
, réfugié chez Franco après guerre et qui avait à la fin
des années 70 été retrouvé par des journalistes de l'express.





René Bousquet, secrétaire général de la Police Française (en col à fourrure)
et des S.S. pendant la rafle de Marseille. Derrière Bousquet, on peut reconnaître
Darquier de Pellepoix, le responsable vichyssois aux affaires juives.




Ce dernier répondit à une interview de ces journalistes en ne reniant rien de ses convictions passées. Bernie Bonvoisin leader de trust fit alors une chanson où
il en profite pour fustiger le danger du retour de l'extrême droite et la
floraison des thèses révisionnistes (A Auschwitz, "on n'aur ait gazé que les poux"
citation directe de Faurisson
)

L'homme respecté / Dont je vais te parler
Aujourd'hui vit tranquille / Dans un autre pays
A une certaine époque / Il trônait à Paris
France occupée que chacun a sali / Un retour aux sources
Est quelquefois pénible / Surtout quand des gosses servaient de cible
Je ne veut pas faire revivre le cauchemar / Ni vous reparler de " Nuits et Brouillard "
Vice dans la justice / Qui étaient ses complices ?

Parti en fumée / Le bon temps des sélections
Quand l'étoile jaune brillait sur les vestons / Passé maître dans les rafles
Sa signature posée, tatouée, condamnée

Une odeur le suit celle des charniers / Darquier de Pellepoix
Retraçait le chemin de croix / Je ne veut pas faire revivre le cauchemar
Ni vous reparler de " Nuits et Brouillard " / Vice dans la justice
Qui étaient ses complices ?

Mais comment se fait t-il / Que tout d'un coup
A Auschwitz on n'ait gazé que les poux / Ne te crois pas à l'abri de la rechute
L'ordre sacré n'est pas consumé. / Saluerais-tu une nouvelle svastika
Ou serais-tu le premier à crever sous ses pas / Si tout était à recommencer
La tête haute irais-tu collaborer ?


* Le petit train des Rita Mitsouko





Les Rita Mitsouko - Le petit train


Sous son apparence de chanson joyeuse et primesautière, il s'agit bien du
souvenir des trains emmenant les déportés dans les camps. Autour, la vie
insouciante semble continuer, on ne veut rien savoir. Le père de la chanteuse Catherine
Ringer était un peintre d'origine juif polonaise. Déporté au cours de la seconde guerre mondiale, il revint des camps.

C'est la question de la parole des enfants des survivants qui se pose à ce
moment là et de la transmission d'un héritage familial.


Convoi de déportation.

Le petit train / S'en va dans la campagne
Va et vient / Poursuit son chemin
Serpentin / De bois et de feraille
Rouille et vert de gris / Sous la pluie

Il est beau / Quand le soleil l'enflamme
Au couchant / à travers champs

Les chapeaux / Des paysannes
Ondulent sous le vent / Elles rient
Parfois jusqu'aux larmes / En rêvant à leurs amants

L'avoine est déjà germée / As-tu rentré le blé?
Cette année les vaches ont fait / Des hectolitres de lait

Petit train / Où t'en vas-tu?
Train de la mort / Mais que fais-tu?
Le referas-tu encore?

Personne ne sait ce qui s'y fait / Personne ne croit
Il faut qu'il voie / Mais moi je suis quand même là

Le petit train / Dans la campagne
Et les enfants? / Les petit train
Dans la montagne / Les grands-parents
Petit train / Conduis-les aux flammes
à travers champs

Le petit train / S'en va dans la campagne
Va et vient / Poursuit son chemin
Serpentin de bois, de feraille / Marron et gris
Sous la pluie

Reverra-t-on / Une autre fois
Passer des trains / Comme autre fois?
C'est pas moi qui répondra

Personne ne sait / Ce qui s'y fait
Personne en croit / Il faut qu'il voit
Mais moi je suis quand même là

Petit train / Où t'en vas-tu?
Train de la mort / Mais que fais-tu?
Le referas-tu encore?

Reverra-t-on une autre fois / Passer des trains comme celui-là?
C'est pas moi qui répondra

Suggestion de lecture:

- Pierre Vidal-Naquet: “Les assassins de la mémoire: un Eichmann de papier et autres essais sur le révisionnisme”, Le Seuil, 1995. Des négationnistes remettent en cause l'existence de la Shoah, qui serait une invention machiavélique forgée par le complot judéo-maçonnique. Pierre Vidal-Naquet consacre un livre essentiel à ce phénomène particulièr et aux “assassins de la mémoires”.

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Donc le pere de Catherine Ringer (nee en 1957) serait mort en deportassion (donc avant 1945).... Excellent!

Julien blottiere a dit…

Grosse boulette. Corrigée. Merci.